Le simulateur

Le simulateur de 
manœuvre

 

Presentation

L’installation au Havre d’un simulateur électronique de manœuvre portuaire fourni par la société TRANSAS constitue une innovation dans la formation des pilotes et vise à compléter avantageusement celle acquise sur le terrain.

A partir d’un écran panoramique de 270°, sont reconstituées sur images numériques les caractéristiques des différents sites couverts par la zone de pilotage du Havre, la rade et les bassins du Havre, les ports d’Antifer et de Fécamp. Le but recherché, hormis l’étude des réactions du navire en situation réelle, est l’entretien des connaissances telles que la topographie des lieux, les règlements locaux, les consignes internes ou l’utilisation des instruments comme le Radar … Il permet aussi le perfectionnement de manœuvres en conditions particulières, telle que dans la brume ou en situation d’urgence, et de comprendre les causes d’une mauvaise manœuvre. Le système prend en compte la force des courants et des vents, les tirants d’eau et d’air du navire conjugués aux effets d’hélice, de berge ou de souille. La passerelle est fixe, mais les modalités exactes sont reproduites sur l’écran et le mal de mer n’est pas exclu par forte houle devant l’entrée du port de Fécamp !

Différents stages permettent au pilote d’améliorer son approche technique de la manœuvre. Vitesse, croisements, mises à quai, peuvent être approfondis, ainsi que toute sorte de questions dans les conditions limites.

Le simulateur offre également la possibilité aux pilotes de suivre un entraînement rigoureux en prévision de l’ouverture de nouveaux quais. Ce fut notamment le cas avant l’ouverture  des nouveaux quais de Port 2000.

Dans le cadre du Bridge Ressource Management, un travail en équipe (un pilote donne les ordres, l’autre tient la barre) permet d’étudier la relation simulée entre le capitaine et le pilote.

Enfin, et suite à la convention signée en décembre 2007 entre la station et le port autonome, le simulateur permet de valider les prochains aménagements portuaires, qu’il s’agisse de la nouvelle écluse fluviale, de l’extension de Port 2000 ou encore du terminal méthanier d’Antifer.

 

Déroulement d’un exercice

3 phases toutes très utiles et importantes.

  • Le choix de l’exercice :

Il est fonction de l’ancienneté du pilote, de ses besoins et de l’actualité. De manière à transmettre une pratique et un savoir communs, des exercices correspondant à des modules type doivent aussi être sélectionnés.

  • La manœuvre :

Après  présentation des éléments tels que les données du poste, du navire ou de la réglementation propre à la manœuvre, l’exercice est lancé. Il dure 1 h environ et se joue en respect des procédures réelles (VHF, utilisation des remorqueurs …). L’instructeur est actif ; en temps réel, il gère les manœuvres de remorqueurs et des autres navires, il provoque des situations d’imprévus (avaries), il fait évoluer la météorologie, etc… . Il prend des notes sur les situations sujettes à discussion en prévision du debriefing.

  • La discussion (ou debriefing) :

Une critique objective est donnée par l’instructeur. Des phases de l’exercice sont relues. S’en suit une analyse par le jeu d’un dialogue ouvert entre les pilotes.

 
La passerelle de manœuvre

 

 
La toile de projection

 

 
L’écluse François 1er en vue numérisée
 
 

 

 
 
Trace d’une manœuvre

 

 
Fécamp en vue numérisée

 

 

Extrait de l’ouvrage « Les pilotes maritimes Français – Cent ans de métier » de Marie Françoise Pochulu – Édition des falaises.